L'écosystème de la ferme

Une microferme intégrée dans les flux du métabolisme urbain

 

L’idée centrale de la permaculture est de créer un réseau de relations bénéfiques entre tous les composants d’un système. Nous voyons la ferme comme un élément d’un système urbain et territorial. Nous pensons qu’elle a vocation à remplir de nombreux services mutuellement bénéfiques pour la communauté en l’inscrivant volontairement dans les flux d’énergie du métabolisme urbain.

En effet, la ville génère beaucoup de « déchet » organique, Une ferme urbaine en a besoin pour produire en abondance, la ville doit gérer (et de plus en plus à l’avenir) des séquences de pluie abondante qui inonde les territoires de plus en plus urbanisés, une ferme urbaine a besoin d’eau et peut représenter une zone tampon de stockage d’une partie de cette eau, l’urbanisation croissante de notre société (plus de 75% des Français habitent en ville) fait naître des citadins sans réelles racines rurales, ce constat conduit de plus en plus de municipalités à réfléchir à la place du végétal dans la cité, une ferme urbaine a besoin de main d’œuvre et représente un espace de découverte et d’apprentissage pour de nombreux citadins. La ville concentre des écoles à la recherche d’expériences pédagogiques pour les élèves dans un contexte de restriction budgétaire et de contrainte de déplacement, une ferme urbaine à proximité représente un lieu de transmission sur la nature, l’alimentation etc.